PROSTITUTION MEDIATIQUE HABITUELLE

Au journal de 20 h de France 2, présenté par David Pujadas, j'ai retenu deux sujets (je ne suis pas parvenu à reprendre le journal sur le site de la chaîne, je cite donc de mémoire, je vous prie de me le pardonner) :

- Premier sujet : David Pujadas, annonce, avec un ton satisfait, que les Allemands se sont décidés à faire la chasse aux fraudeurs. Mais de quels fraudeurs s'agit-il ? Il s'agit des immigrés roumains et bulgares, qui fraudent à diverses prestations sociales. Et, selon les journalistes, cette pulsion de sévérité ferait suite à une demande de la population allemande. Un journal allemand (le Bild), titre même : "S'ils [les immigrés] ne sont pas honnêtes, qu'ils s'en aillent".

Remarque 1. Le choix de ce sujet - et de ce reportage - n'est pas innocent. Message subliminal : "Qu'est-ce qu'on attend, nous Français, pour virer tous ces Roms, Arabes, Afghans, tricheurs, voleurs, délinquants, voyous ?" Ce qui, c'est le moins que l'on puisse dire, est caresser le Front National dans le sens du poil, ainsi que tel ancien ministre de l'Intérieur (depuis appelé à de plus hautes fonctions...), qui estimait que les Roms n'étaient pas intégrables en France et n'avaient qu'une vocation : retourner en Roumanie.

Remarque 2. Ce que le journal "oublie" de mentionner, c'est qu'à côté de ces "fraudes" aux prestations sociales des immigrés pauvres de l'Europe pauvre, la fraude fiscale en Allemagne se monte, selon le SPD à 150 milliards d'euros et que, périodiquement, des scandales révèlent que les riches Allemands "planquent" leur argent en Suisse, au Luxembourg ou au Liechtenstein, tous Etats ou micro-Etats situés près de l'Allemagne et germanophones, par exemple le patron du très prospère Bayern de Munich et ancien footballeur Uli Hoeness, qui révèle avoir fraudé le fisc pour 18,5 millions d'euros ! [C'est dire, au passage, combien il doit gagner...].

David Pujadas étale avec complaisance les "trois francs six sous" que grappillent les pauvres et passe sous silence les tombereaux de grosses coupures que les riches - et les grandes sociétés - dérobent à la collectivité.

- Deuxième sujet. Les journalistes montrent, en Libye, des membres de milices armées occupant l'ambassade des Etats-Unis (vidée de ses occupants depuis plusieurs mois) et qui sautent à qui mieux mieux dans la piscine de cette ambassade. Message subliminal : "Depuis que les islamistes ont gagné en Libye, c'est le "foutoir" complet !" Ces Arabes sont décidément indécrottables : quand ils ne vivent pas dans la dictature, ils vivent que dans l'anarchie !" ."On" fait bien de se protéger contre eux, etc.

Remarque 1. Ce que le journal "oublie" de mentionner, c'est que l'anarchie en Libye est le fruit exclusif de la politique des pays occidentaux : surtout de la France, du Royaume-Uni, des Etats-Unis. Si ces pays n'avaient pas pilonné les forces armées libyennes (au mépris des résolutions de l'ONU), jamais les opposants au président Kadhafi n'auraient réussi à l'emporter ! Les journalistes présentent avec mépris, étonnement, condescendance une situation dont leur gouvernement (avec d'autres) est directement responsable...

Remarque 2. Il s'agit d'une remarque tout à fait anecdotique : la présence d'une piscine dans l'ambassade américaine à Tripoli. Se représente-t-on le gaspillage scandaleux que signifie l'installation d'une piscine en Libye, un des pays les plus chauds (c'est en Libye qu'on a relevé le record de chaleur du monde, 58° C) et les plus secs du monde (il n'y a aucun cours d'eau d'importance), un pays qui souffre de stress hydrique ?

P. de A.

Crédit photographique : www.ojim.fr